Expérimentation des tablettes en seconde

Mise à jour mercredi 8 décembre 2021

Article d’Ouest France :

https://pontivy.maville.com/actu/actudet_-au-lycee-vauban-de-brest-des-tablettes-contre-la-fracture-numerique-_fil-4841756_actu.Htm

Brest, Vauban fait partie des dix lycées bretons équipés par la Région en cette rentrée 2021. Les quelque 300 tablettes sont utilisées en classe de seconde.

« La tablette, c’est utile et pratique. Ça rend les cours plus intéressants, estime Jordan, en seconde professionnelle « Métiers des transitions numérique et énergétique « au lycée Vauban, à Brest (Finistère). Et des livres numérisés, c’est un cartable moins lourd. »

Même son de cloche positif chez l’enseignante. « Les élèves perdent souvent les feuilles volantes remises. Désormais, toute la bibliothèque reste à leur disposition, dans la tablette », apprécie Anne Orhon, professeure de Melec (métiers de l’électricité). Autre avantage : « C’est interactif. On peut projeter un document de la tablette sur le tableau, et les élèves peuvent agir depuis leur place. »

Depuis cette rentrée, Vauban fait partie des dix lycées bretons qui testent les tablettes. Au total, 228 ont été remises aux élèves de seconde générale et pro. « Durant les confinements, on a constaté une fracture numérique. L’objectif est de la réduire avec un matériel performant », explique Gilles Bénic, proviseur. Les parents n’ont pas formulé de critique. Plutôt des remarques positives… » Même adhésion au niveau des enseignants. « Une quarantaine de volontaires a été formée en mars. »
Une expérience financée par la Région. « Notre politique n’est pas d’équiper systématiquement les lycées. Nous le faisons en fonction des besoins exprimés, précise Isabelle Pellerin, vice-présidente aux lycées, en visite à Vauban. Nous travaillons avec le rectorat qui fournit les logiciels pédagogiques. » La Région possède un parc de 35 000 ordinateurs et 1 000 tablettes.

Il s’agit d’un prêt, gratuit. « Les élèves peuvent les emporter chez eux », indique Gilles Bénic. Les tablettes sont « bridées ». Pas de Netflix ou de Fornite. « Ça reste un outil pédagogique. »